fbpx
Sélectionner une page

Le régime microentreprise est un régime simplifié en termes d’obligations comptables et fiscales. Toutefois, en contrepartie de cette simplicité, le micro-entrepreneur ne peut déduire ses dépenses ni optimiser son imposition. A moins d’opter pour le régime réel d’imposition ! Comment ça marche ?

Pourquoi choisir le régime réel d’imposition ?

Déduction des dépenses 

Le micro-entrepreneur bénéficie d’un abattement forfaitaire pour frais et charges. Après calcul de cet abattement, vous obtenez le bénéfice net, qui sert d’assiette d’imposition. Il varie selon l’activité : ventes de marchandises (71%), prestations de services (50%) et activités libérales (34%).

Toutefois, si vos charges sont supérieures à l’abattement forfaitaire, le régime réel d’imposition est plus intéressant. En effet, il permet de déduire l’ensemble de vos dépenses ainsi que la TVA sur vos achats, afin d’obtenir votre véritable bénéfice net imposable.

Réduction d’impôts sur frais de comptabilité

Un micro-entrepreneur ayant opté pour le régime réel d’imposition peut bénéficier d’une réduction d’impôtssur ses frais de comptabilité. Pour cela, vous devez relever du régime de la microentreprise, votre chiffre d’affaires ne devant pas dépasser les seuils légaux et adhérer à un OGA (organisme de gestion agrée). Cette réduction d’impôt s’applique dans la limite des 2/3 des dépenses dans la double limite de 915€ et de l’impôt sur le revenu.

Obtention de crédits d’impôts

Les crédits d’impôts ne peuvent bénéficier qu’aux entreprises relevant du régime réel d’imposition. Ainsi, les micro-entrepreneurs sont exclus du dispositif, sauf s’ils optent pour le régime réel. Ceci est par exemple valable pour le crédit d’impôt formation des dirigeants d’entreprises.

Comment opter pour le régime réel d’imposition ?

Avant le dépassement des seuils qui font basculer automatiquement la microentreprise au régime réel d’imposition de l’entreprise individuelle, il est possible de changer de régime fiscal.

Activation de l’option :

  • En BIC (commerçants et artisans) : l’option doit être activée avant le 1er février de l’année au titre de laquelle vous souhaitez bénéficier du régime réel d’imposition par un courrier daté et signé à transmettre au SIE (1er février 2021 pour 2021).
  • En BNC (activités libérales) :  vous pouvez opter pour le régime de la déclaration contrôlée, équivalent du régime réel d’imposition pour les entreprises relevant des bénéfices non commerciaux. Vous devez en faire la demande auprès de l’administration au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai de l’année au titre de laquelle vous souhaitez bénéficier du régime réel d’imposition, c’est à dire dans le délai limite de dépôt des déclarations de résultat (mai 2021 pour 2020).

Cette option est valable un an et tacitement reconduite chaque année tant que vous restez en microentreprise.

Attention ! Lorsque vous optez pour le régime réel d’imposition, les obligations en termes de comptabilité ne sont plus aussi légères que pour la microentreprise. Renseignez-vous bien !

Vous vous demandez si le régime réel d’imposition est plus avantageux pour votre activité ? Vous avez opté pour le régime réel et vous vous sentez perdus dans vos obligations fiscales et comptables ? Contactez-moi pour faire un point ensemble !

neque. odio accumsan felis Sed sed